La race des orphelins de Oscar Lalo

Ju lit les mots

Certains livres nous attirent comme des aimants, sans que l’on sache pourquoi.

Certains livres font sens et sont le catalyseur de la douleur pour y mettre un baume qui pourrait l’adoucir.

Certains auteurs ont le talent de savoir utiliser les mots pour parler des maux.Il ne suffit pas de savoir parler des maux.Le plus important étant d’utiliser les mots justes.

Oscar Lalo, accompagne son personnage à travers sa renaissance.Elle est née la première fois dans unLebensborn, la deuxièmefois, ellenaît quand elle commence à parler de sa douleur.Il n’y a pas pire douleur que de ne pas savoir d’où l’on vient.Être rejeté est une chose, mais connaître ses racines est le fondement, le socle sur lequel nous nous construisons.Sans cette base, les fondements manquent de stabilité.Comment construire sur des bases instables sa vie, une vie de famille.Comment aimer l’autre, quand on ne s’aime pas ?

Être née dans unLebensbornest la croix…

Voir l’article original 726 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s