La Rue de Ann Petry

Ju lit les mots

Être une femme dans les années 40 n’est pas simple, mais être une femme, Noire, séparée avec un enfant, c’est la peine capitale !

LutieJohnson, habite cette rue et a décidé de refuser la misère sociale, en mettant toutes les chances de son côté et de celui de son fils pour qu’il ne sombre pas dans la médiocrité inexorable vers laquelle la rue ne peut que l’attirer.

La rue, ce sont les trafics en tous genres, c’est la prostitution comme seul moyen d’avoir une vie descente, sans parler de respectable. Dans la rue d’Ann Petry, on ne vit pas, on survit. La vie de Lutie Johnson, c’est une lutte de tous les instants, une mission quasi-impossible, car elle a beau être à Harlem, entourée de noirs comme elle, on lui renvoie tout ce contre quoi elle lutte : l’image de la femme fragile, que tous les hommes, noirs ou blancs veulent mettre dans leur lit, la jalousie…

Voir l’article original 581 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s