Nuits appalaches, Chris Offutt

Pamolico, critiques romans, cinéma, séries

La plume de Chris Offutt est acérée. Pas un mot de trop, toujours tomber juste, sans en rajouter. Les phrases sont concises, effilées, mais elles n’en sont pas moins poétiques. Les images rapprochant l’homme et la nature fleurissent ici et là, illuminent un roman noir, semblable à la «sombre clarté» de la lune. La lumière et le ciel ont une place prédominante dans ces collines, presque aussi importante que celle de la famille, du clan. Après vingt ans de silence, Chris Offutt renoue avec les mots pour dire la profondeur du calme des nuits appalaches.

Tucker rentre de la Guerre de Corée transformé, aguerri. Toujours aussi silencieux, il est plus fort, a désormais un instinct infaillible. Alors qu’il retourne chez lui en marchant dans les bois du Kentucky, il croise la route de Rhonda et de son oncle qui la malmène. Cette rencontre changera leur vie à tous deux…

Voir l’article original 350 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s