Le lièvre d’Amérique Mireille Gagné

La viduité

Le souvenir, et ses mythes, comme ultime résistance à la croissance contemporaine, son accélération et ses insomniaques infaillibilités. Prisonnière de la quête de la performance, une femme subie une mystérieuse mutation, la vacuité de son désir de performance la renvoie à son enfance, sa magie et ses disparitions. Le lièvre d’Amérique enchaîne description clinique des vertiges de l’aboulie du capitalisme et lyrisme, tout en délicatesse, dans l’évocation de l’île enfantine. Mireille Gagné signe une allégorie délicieusement irrésolue, une poursuite animale des sensations retrouvées.


Voir l’article original 595 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s