The White Queen, Emma Frost

Pamolico, critiques romans, cinéma, séries

Dans l’imaginaire collectif, la Guerre des Roses c’est cet affrontement un peu mythique symbolisé par des pétales blancs sur des pétales rouges, les épines de l’une pénétrant la chair de l’autre fleur, le sang imprégnant leur peau fragile. Dans les faits, avouons que tout est plus flou. Deux dynasties britanniques qui s’opposent, se disputent le pouvoir et la couronne: les Lancaster d’un côté, les York de l’autre. Sauf que les sangs sont sur le point de se mêler, que les dissentions internes menacent de faire céder le fragile équilibre au sein de chaque camp, que les noms se brouillent, que la généalogie se mélange dans nos têtes.

The White Queen revient donc sur cet événement marquant de l’histoire de l’Angleterre, du milieu du XVème siècle à sa fin. Adoptant au départ le point de vue de la future reine Elisabeth Woodville (Rebecca Ferguson), épouse d’Édouard IV, elle s’attarde…

Voir l’article original 342 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s