Light of My Life, Casey Affleck

Pamolico, critiques romans, cinéma, séries

Dans un futur proche, les femmes ont presque toutes disparues de la surface de la terre, victimes de la «peste féminine». Dans ce chaos où maisons abandonnées côtoient squats et villes hantées par des âmes en peine, un père et sa fille errent dans les bois à l’image du duo de Leave no trace. «Papa» (Casey Affleck), une barbe lui mangeant le menton et les cheveux emmêlés, est prêt à tout pour protéger Rag (Anna Pniowsky), l’isoler des autres, faire oublier que c’est une fille. Alors ils déplacent leur tente, évitent les autres hommes, se cachent. Les mèches courtes et ébouriffées de la gamine qui a cet âge où les traits sont encore androgynes (mais plus pour longtemps) et ses vêtements de garçon ne sont pas d’un grand secours lorsqu’ils tombent sur des importuns. À son silence et à sa tête baissée, aux réponses…

Voir l’article original 492 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s