Le testament russe, Shumona Sinha

Pamolico

Semblable à un recueil de poèmes en prose, Le testament russe déploie mots et images autour du lecteur, crée un autre monde, entre passé et rêve, réalité et chimères. Shumona Sinha, grâce à ses deux héroïnes, dresse un mausolée à la culture russe sans jamais passer sous silence les dérives du régime soviétique. Adel Kliatchko vit à Saint Pétersbourg, reculée, dans une résidence où le temps n’a plus cours, où la vie est à l’arrêt. Sa mémoire immédiate a ses failles, mais ses souvenirs d’enfance restent intacts. L’URSS, les Grandes Purges, l’appartement communautaire, la misère, l’amour pour son père, Lev, et l’amour de ce père éditeur pour la littérature – malgré la censure. La littérature, voilà ce qui relie Adel et, à l’autre bout de l’Asie, Tania. À Calcutta, les œuvres jeunesse puis les romans plus intellectuels de la maison d’édition de Lev, Raduga, transportent la jeune fille…

Voir l’article original 230 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s