Papicha, Mounia Meddour

Pamolico, critiques romans, cinéma, séries

Papicha ou, en arabe algérien, le nom donné à une jeune fille coquette, «jolie, libérée» selon les propres mots de Mounia Meddour, la réalisatrice. Nedjma (Lyna Khoudri à la fois fragile et farouche) et ses amies sont en fac de droit. Elles vivent dans une cité U à Alger, dans les années 1990, soit pendant la guerre civile qui ravagea le pays jusqu’en 1999, torpillant les droits des femmes et les libertés individuelles. Pourtant Nedjma n’en a que faire. Elle se promène dans les rues de la capitale algérienne en jean, les cheveux au vent, arrache les affiches prônant le port du hijab. En toutes circonstances, elle dessine, esquisse des robes, imagine des tenues. En créant, en cousant, elle s’évade, elle exprime une indépendance qui, pour elle, va de soi – la mode comme immense pied de nez à la volonté de camoufler la douceur insolente des…

Voir l’article original 432 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s