La fabrique des salauds Chris Kraus

La viduité

L’Histoire comme trahison, son récit comme duplicité. Avec une grande maîtrise, Chris Kraus happe le lecteur dans ce monologue d’une ordure ordinaire. Au centre des pires atrocités, Koja Solm se disculpe et le lecteur partage ses souffrances, amours contrariées et haine fraternelle, tout au long de ce récit, de Riga à Tel-Aviv, d’une impunité nazie. La fabrique des salauds captive en dépit de ses excès.


Voir l’article original 590 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s