Le vieux Pion

À la française ...

Le vieux Pion

… Le voyans au dehors, et l’estimans par l’extérieure apparence n’en eûssiez-vous donné un coupeau d’oignon, tant laid il était de corps et ridicule en son maintien… Mais ouvrant cette boîte eûssiez au dedans trouvé une céleste et impréciable drogue…
Rabelais

Vieux pion qu’on raillait, ô si doux philosophe
Aux coudes rapiécés, pauvre être marmiteux
Dont l’étroit paletot, d’une luisante étoffe,
Disait un long passé d’hivers calamiteux,

Je te revois. Ton crâne avait une houppette,
Une seule, au milieu, de poils, — et tu louchais.
Et longuement, avec un fracas de trompette,
Dans un mouchoir à grands carreaux tu te mouchais.

Je te revois, dans le préau, sous les arcades,
Grave, déambuler; et j’ai la vision
De ton accoutrement pendant ces promenades
Où tu marchais au flanc de ma division;

De ta longue, — oh ! si longue et noire redingote,
Dans laquelle plus d’un avait déjà…

Voir l’article original 281 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s