La belle époque, Nicolas Bedos

Pamolico, critiques romans, cinéma, séries

Victor (Daniel Auteuil) a vieilli. Il est devenu pantouflard, prévisible, misanthrope, mal dans son époque, déprimé et déprimant. Ces termes, ce sont peu ou prou ceux employés par sa femme, Marianne (Fanny Ardant), quand elle le met dehors. L’ami de leur fils, Antoine (Guillaume Canet), entrepreneur, vient de créer un tout nouveau concept : Les voyageurs du temps propose à ses clients de vivre le temps d’une soirée, ou d’une journée, à l’époque de leur choix. Dîner napoléonien, soirées des années folles coincé entre Faulkner et Hemingway, conférence de Wannsee : c’est vous qui décidez ! Devant manifestement la vie (ou en tout cas, le succès) à Victor, cet ami lui envoie une invitation, un bon pour le passé. Alors, pour faire renaître un peu de magie, pour revivre ses jeunes et jolies années, pour faire rééclater l’amour (perdu), Victor craque et demande à retourner en…

Voir l’article original 445 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s