L’amitié est un cadeau à se faire, William Boyle

Pamolico

Trois femmes, trois vies, un destin – parce que L’amitié est un cadeau à se faire. William Boyle raconte le New York des mafieux, de Scorsese et du passé, le Brooklyn des Italiens et le Bronx paisible qui côtoie le Bronx violent. L’auteur se promène dans tout l’état, grâce à ses trois héroïnes. Wolfstein est une ancienne actrice porno, et, contrairement à la Lolita du Journal de L., elle conserve de cette période des souvenirs cocasses et une amitié en or. Rena est la veuve de Vic Le Tendre, mafieux célèbre s’il en est, mère d’Adrienne et grand-mère de Lucia, petit-bout de femme d’une quinzaine d’années. Les relations entre la mère et la fille sont au point mort, elles ne s’adressent plus la parole depuis des années et un mot maternel malheureux. Et puis un cendrier, et puis une Impala volée, et puis un tir de…

Voir l’article original 317 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s