Jamais assez Alice McDermott

La viduité

Le désir, des glaces ou des corps, serait-il tout ce qui reste de nos vies, autant de souvenirs d’interdits enfantins ? Dans cette courte nouvelle, sautillante et triste, Alice McDermott saisit avec gourmandise le proverbial passage du temps. On en a Jamais assez.


Voir l’article original 167 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s