White Lines, Alex Pina

Pamolico, critiques romans, cinéma, séries

Après le succès de La Casa de Papel, Álex Pina signe une nouvelle série, entre Ibiza et Liverpool, entre drame, vida loca et chronique sociale. White Lines comme les lignes de poudre mais aussi comme les lignes à ne pas dépasser…

Zoe (Laura Haddock), en vacances avec son mari en Espagne, apprend que le corps d’Axel, son frère, vient d’être retrouvé… Ce jeune DJ anglais (Tom Rhys Harries) avait disparu à la fin des années 1990 peu après son départ pour Ibiza, laissant sa sœur en Angleterre dans un état psychologique préoccupant. Persuadée par l’un de ses amis qu’il s’était évaporé en Inde, elle ne s’attendait pas à ce que son meurtre soit lié à Ibiza où il était parti avec sa bande pour mixer sa musique et ouvrir des clubs loin du dictat patriarcal. Zoe décide de suivre toutes les pistes qui…

Voir l’article original 318 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s