Sauvage, Jamey Bradbury

Pamolico, critiques romans, cinéma, séries

Tracy est sauvage, sauvage au plus profond d’elle-même, Wild in the Inside comme la décrit le titre original. Elle vit avec son père et son frère depuis que sa mère est morte une nuit, évanouie, partie dans l’obscurité sans que personne ne sache vraiment pourquoi. Elle était la seule avec qui Tracy avait partagé son secret le plus lourd – elle était même celle à l’origine de ce secret. Entre don et malédiction, il confère à l’adolescente le pouvoir d’être plus proche de la nature que n’importe qui, plus sauvage et emplie des sensations, des instincts de ce qu’elle chasse, que n’importe quel chasseur aguerri. Elle est différente, doit s’enfouir dans les bois de nombreuses heures par jour pour être apaisée, repue. Elle ne vit que pour ces moments de face à face avec la nature, avec l’immensité alaskaine, et pour les heures passées derrière le traîneau tiré par ses…

Voir l’article original 244 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s