Une maison parmi les arbres, Julia Glass

Pamolico

Aussi foisonnant de couleurs qu’un dessin d’enfant – ou que l’illustration d’un album, Une maison parmi les arbres offre une plongée spectaculaire, à la fois douce et brusque, dans le monde intellectuel américain.

Morty vient de mourir. Ce célèbre auteur de livres jeunesse vivait dans une maison parmi les arbres, dans le Connecticut, à une heure de New-York, auprès de sa dévouée assistante, devenue avec les années une sorte de dame de compagnie et d’amie, Tomasina – Tommy. Tomasina et Morty, la vie de l’une se superposant à la vie de l’autre, s’effaçant à son profit. La cinquantenaire est en deuil, elle tente de faire face avec dignité à son rôle d’exécutrice testamentaire tout en acceptant la triste réalité, la disparition de celui qui fut son patron mais aussi et avant tout son colocataire pendant toutes ces années. Comme si ce fardeau ne suffisait pas, il faut également…

Voir l’article original 470 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s