Plus loin que l’hiver, Isabel Allende

Pamolico

Un trio latin, voilà le point de départ de Plus loin que l’hiver, roman foisonnant et peut-être trop optimiste, grand retour d’Isabel Allende au Chili – et ailleurs sur le continent américain.

Lucía, Richard et Evelyn. La première, d’origine chilienne, a dépassé la cinquantaine; elle a dû fuir sous la dictature militaire, avant de papillonner entre le Chili et le reste de l’Amérique. Le deuxième est un soixantenaire américain, d’ascendance germano-portugaise qui possède de fortes attaches brésiliennes. La troisième est guatémaltèque et bègue, exilée aux États-Unis par crainte de représailles des cartels, et sans papiers. A priori, pas grand-chose ne prédestinait donc ces trois protagonistes à se rencontrer et pourtant leurs routes se croisent à Brooklyn, en plein cœur de l’hiver glacial et de la neige. Lucía avait déjà quelques contacts avec Richard mais rien de très chaleureux et il faudra la présence d’Evelyn Ortega et…

Voir l’article original 190 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s