Un été norvégien Einar Mar Gudmundson

La viduité

Poésie, voyage, amour ; mélancolie. Dans ce beau récit désinvolte et faussement désordonné d’amitié, dans ce pastiche amusé du roman d’initiation, Einar Mar Gudmundson enchante une époque intermédiaire, l’été 1978. Un été norvégien, sans naïveté, avec un discret sourire, ranime les enthousiasmes, suggère les aveuglements (la folie qu’on enferme, la drogue et la lutte armée). Un bel éloge beat à la route, un recueil de poème au fond du sac.


Voir l’article original 689 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s