À la première étoile Andrew Meehan

La viduité

Amnésie amoureuse, sa passion c’est sans doute ce, sans pouvoir l’oublier, dont on ne peut se souvenir, ce rien obstinément intraduisible qui reste de nos vies. Dans son premier roman, Andrew Meehan retrace le puzzle de la conscience d’Eva Hand, une Irlandaise paumée à Paris. Comme on invente un personnage, À la première étoile suit sa fuite, ses refus, ses dissimulations pour mieux en laisser ouverte la part d’imagination et d’opacité.


Voir l’article original 548 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s