Un garçon sur le pas de la porte, Anne Tyler

Pamolico, critiques romans, cinéma, séries

Avec beaucoup d’esprit, Anne Tyler raconte le quotidien d’un homme, Micah, quarante ans, un peu maniaque, à la manière du Garp de John Irving. La différence, c’est que le héros d’Un garçon sur le pas de la porte n’est pas marié, n’a pas d’enfants et, au contraire du personnage d’Irving, vient d’une famille nombreuse, d’un joli bazar. De cette tendance désordonnée est née son obsession pour l’ordre, le ménage, le respect des règles et la routine. Ce Techno Crack comme il se fait appeler dans le cadre de son métier d’informaticien free-lance, a bien une histoire avec Cass mais c’est davantage une convenance des deux côtés, une affection tendre mais timide, une manière de ne pas être seul, que l’amour fou. Tout ce qui peut sortir du cadre n’a pas sa place dans la vie de Micah Mortimer.

Le roman se déroule à Baltimore, lieu de résidence habituel…

Voir l’article original 170 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s