Mon premier rêve en japonais, Camille Royer

Pamolico

Camille, petite fille française, est métisse: sa mère est japonaise et son père, français. Parce qu’il s’agit de ses racines, de son histoire, de sa famille, elle apprend les kanjis et les hiraganas, elle essaie d’apprivoiser cet alphabet si différent du nôtre – du sien. Et puis, parce que c’est une enfant comme les autres, elle va à l’école, joue à la Barbie, prend des bains à rallonge qui mettent de l’eau partout. Et puis, comme toutes les enfants, elle a peur d’aller se coucher le soir, elle craint «les psychopathes» qui pourraient se cacher dans le noir ou sous son lit. Alors, pour lui faire faire de beaux rêves, sa mère lui raconte des légendes japonaises, mystérieuses et tristes, empreintes de gravité et de beauté.

Camille Royer / Futuropolis

Mon premier rêve en japonais, le premier roman graphique de Camille Royer (sélectionné pour le prix BD des…

Voir l’article original 217 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s