L’écriture du désastre Maurice Blanchot

La viduité

Écriture différée du désastre, en rapport d’irrégularité avec elle-même, pensée hors pouvoir par un essai sur le fragmentaire, réflexion sur l’Autre où semblent converger toutes les spéculations de Blanchot sur la littérature. La littérature du désastre poursuit une pratique de l’écart absolu, une pensée du Neutre, de l’effacement, de l’oubli.


Voir l’article original 924 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s