« Le vieux qui lisait des romans d’amour » de Luis Sepúlveda (Métailié, 1992)

Les miscellanées d'Usva

81wY-hMUM+L

Nombreux sont les lecteurs et lectrices qui se sont replongés dans l’oeuvre de Luis Sepúlveda à l’annonce de sa disparition. Pour ma part, je n’avais pas encore lu son roman culte, l’ayant pourtant dans ma bibliothèque depuis un certain temps.

Quatrième de couverture : « Antonio José Bolivar connaît les profondeurs de la forêt amazonienne et ses habitants, le noble peuple des Shuars. Lorsque les villageois d’El Idilio les accusent à tort du meurtre d’un chasseur blanc, le vieil homme se révolte. Obligé de quitter ses romans d’amour – seule échappatoire à la barbarie des hommes – pour chasser le vrai coupable, une panthère majestueuse, il replonge dans le charme hypnotique de la forêt. »

Indéniablement, je ne peux qu’être d’accord avec les louanges faites au conteur. L’histoire se déroule et glisse le long des eaux avec une agilité incroyable malgré les différents sujets et les différentes temporalités qu’aborde l’auteur…

Voir l’article original 366 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s