Le luth d’ébène de Panagiotis Agapitos

Collectif polar : chronique de nuit

Le luth d'ébène de Panagiotis AgapitosLe livre : Le luth d’ébène de Panagiotis Agapitos. Traduit du grec par Constantin Kaïtéris.Paru le 16 mai 2013 chez Anacharsis. 23€. (396 p.) ; 20 x 13 cm
Quatrième de couverture
Empire byzantin, mai 832. Envoyé en ambassade auprès du calife de Bagdad par l’empereur Théophile pour négocier la paix, Léon le protospathaire («premier porte-glaive») arrive à la ville frontalière de Césarée, en Cappadoce, dernière étape avant d’entrer en territoire musulman.Paisible en surface, la cité est un chaudron en ébullition. Des silhouettes furtives se glissent le long des ruelles obscures du quartier arabe ; les rumeurs d’une guerre proche commencent à circuler ; des jeunes filles disparaissent mystérieusement et des moines patibulaires font soudain leur apparition… Lorsque l’on découvre le corps atrocement mutilé de la fille du juge de la ville, le gouverneur, débordé, demande l’aide de l’ambassadeur.

Léon va devoir entrer dans la danse des masques, enquêter dans…

Voir l’article original 277 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s