Portrait de la jeune fille en feu, Céline Sciamma

Pamolico, critiques romans et cinéma

Robe rouge contre robe verte, chevelure blonde contre chevelure brune, Héloïse et Marianne, une jeune femme destinée au mariage, une autre, solitaire. Quand elles se rencontrent, Héloïse (Adèle Haenel) sort du couvent tandis que Marianne (Noémie Merlant) a été missionnée par la mère de la première pour réaliser son portrait. Le tableau sera envoyé au futur époux à Milan. Héloïse est pleine de colère, ne veut pas de ces fiançailles et refuse donc de poser, ce qui a causé la fuite du peintre ayant précédé Marianne dans la demeure familiale. Celle-ci devra donc esquisser croquis préparatoires et crayonnés, mémoriser ses traits, sans avoir le visage d’Adèle Haenel sous les yeux.

Très vite, une tension palpable monte entre les deux femmes. L’air s’épaissit entre elles, les regards se font plus appuyés, plus curieux, embarrassés. Quand la mère doit s’esquiver pour plusieurs jours, elles laissent peu à…

Voir l’article original 814 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s