Passé imparfait, Julian Fellowes

Pamolico, critiques romans, cinéma, séries

Julian Fellowes, scénariste de Downton Abbey, excelle décidément à décrire l’aristocratie britannique. Dans Passé imparfait, il s’attarde sur les ravages du temps, sur les changements irrévocables subis par sa classe sociale depuis la fin de la guerre et jusqu’aux dernières années du siècle passé. Le narrateur qui restera sans nom, à soixante-ans, est confronté brutalement à sa jeunesse, aux événements qui ont alors chamboulé sa vie, forcé de renouer avec les relations qu’il avait et qui se sont dissipées, distendues avec les années. En effet, un vieil ennemi, Damian Baxter, est mourant et le demande à son chevet : il le missionnera pour une quête étrange et prenante qui ne sera pas sans irrémédiablement bouleverser plusieurs destinées.

C’est d’une époque dont il est question, ou plutôt de plusieurs, de la manière dont l’écoulement des années influe sur une vie, sur une classe sociale, sur une personnalité. Entremêlant passé…

Voir l’article original 209 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s