Aminadab Maurice Blanchot

La viduité

product_9782070770298_195x320

Un homme entre dans une maison, se croit appelé par une femme à la fenêtre ; il entre dans un domaine où la parole fait Loi, énigmatique, où le désir de connaissance n’est qu’une discussion cauchemardesque, où identité, représentations et ressemblances s’amalgame dans une prose inquiète. Aminadab, second roman de Blanchot, fait de cet immense critique un romancier de l’étrangeté, du désastre, de la nuit mais surtout du dévoilement sans cesse repoussé.

Voir l’article original 844 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s