Narcisse et Écho Markus Lüpertz

La viduité

71332Les couleurs du génie, la tension vers la peinture, vers ce dithyrambe qui serait une figure du mythe, l’individu et la place de l’artiste dans la préservation du mystère de l’art. Dans ce très large recueil de textes, Markus Lüpertz creuse, travail au jour le jour, sa recherche de la forme  non seulement dans la peinture mais dans sa prose où poétiquement raconter (décrire sans expliquer) ce qu’il tente de faire. Narcisse et Écho ou la joyeuse liberté de la peinture, de la beauté qu’il continue à s’acharner à nous faire voir.

Voir l’article original 752 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s