MONIQUE PINÇON-CHARLOT : « Ces criminels devront rendre des comptes »

Les gens !

Merci à l’émission de » là-bas si j’y suis » pour ce magnifique entretien

« C’est un virus de classe », dit la sociologue Monique Pinçon-Charlot. C’est la première secousse d’un séisme plus profond, mais c’est aussi un rendez-vous historique. Il faut sortir de l’entre-soi et du petit marché de la contestation. La guerre qu’il faut livrer, c’est la guerre contre les riches et contre ce qu’il ne faut plus avoir peur de nommer, le capitalisme.

Daniel Mermet — Monique, comment se passe cette « confinerie » pour vous, les Pinçon-Charlot ?

Monique Pinçon-Charlot — Pour nous deux, ça va ! On a un jardin, donc c’est un confinement de classe favorisée, je dirais. Cela nous permet d’admirer le ciel bleu immaculé de nos enfances, sans aucune trace d’avions. L’air est pur et cela nous procure un sentiment d’apaisement bienvenu.

Daniel Mermet — Si, en ce moment, vous deviez travailler sur vos amis les riches, ça…

Voir l’article original 83 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s