L’écriture sans écriture – Goldsmith

Voici un livre tout à fait passionnant qui réunira les passionnés de littérature comme d’art contemporain.

Kenneth Goldsmith, L’écriture sans écriture, du mangage à l’âge numérique, traduit par François Bon, Jean Boîte éditions, 2018, 242 pages.

Tout d’abord, je tiens à saluer l’incroyable travail de François Bon. Le livre n’est pas juste une vulgarisation du numérique et de son langage, au contraire c’est un ouvrage complexe qui allie poésie et art contemporain. Ce qui fait que ce livre a dû demander la traduction non seulement de poésie, mais de poésie numérique avec des subtilités dignes de l’oulipo ou du surréalisme avec des explications informatiques.

Mais alors, le fond ? Certes, ce n’est pas une lecture de métro, il faut s’accrocher ! Mais pour quel délice ! Un délice certes, intellectuel, un peu esthète, mais tellement joli !
Kenneth Goldsmith enseigne cet art de l’écriture sans écriture, la réflexion autour…

Voir l’article original 491 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s