Tales from the Loop, Nathaniel Halpern

Pamolico, critiques romans, cinéma, séries

Tales from the Loop, ou une série uchronique étrange, où passé, nostalgie, poésie et science-fiction se mêlent. Cette série rétro-futuriste retrace la vie des membres d’une famille, chacun dépendant intimement des activités du centre de recherche sous-terrain où tous travaillent, the Loop (la boucle).

Le temps est élastique, revient comme un boomerang, s’enroule sur lui-même, rebondit comme une balle, s’arrête ou s’accélère, les particules cosmiques se déplacent, voguent sans que l’homme ne puisse vraiment intervenir. Les robots côtoient les habitants d’une petite ville fictive de l’Ohio – mais pas d’humanoïdes farfelus et effrayants, davantage de vieilles machines qui ressemblent à des tracteurs améliorés, à des assemblages disparates capables de se mouvoir dans un charivari métallique.

La solitude, l’écoulement du temps, les mystères de l’univers et la petitesse de l’homme sont, en filigrane, les thèmes clés de chaque épisode. L’atmosphère est étrange, onirique, empreinte de poésie, de…

Voir l’article original 189 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s