ZeroZeroZero, Stefano Sollima

Pamolico, critiques romans et cinéma

ZeroZeroZero ou la pureté de la cocaïne en Italie – celle ainsi labellisée étant la plus parfaite de toutes. Cette série est adaptée du roman Extra-pure de Roberto Saviano, journaliste et écrivain, notamment auteur de Gomorra, également transposé à l’écran par Canal +. Après la mafia italienne, il s’intéresse cette fois à un plan plus large, même si la Calabre et la ‘Ndrangheta ont toujours une place centrale dans l’intrigue. La série retrace le parcours de la drogue, se concentre sur les trois acteurs principaux de son trafic : le fournisseur, le courtier et l’acheteur. Trois pays : le Mexique, les États-Unis et l’Italie. Trois familles, dans les différents sens que l’on entend. Il y a les militaires mexicains corrompus soudés comme des frères (toute hiérarchie respectée) ; il y a le père, le fils et la fille Lynwood ; il y a le petit-fils Stefano…

Voir l’article original 311 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s