Le monde selon Garp, John Irving

Pamolico, critiques romans et cinéma

Délicieusement absurde mais non dénué de message, Le monde selon Garp est un roman de son temps et même avant-gardiste, féministe et profondément drôle, critique caustique de la société américaine du siècle dernier. Dans ses thèmes modernes, certains noteront sans doute des résonances entre ce roman et Phénomènes naturels de Franzen par exemple. Femmes fortes, mères célibataires, famille, manifestations, liberté.Féminisme.

Garp naît dans des circonstances étonnantes, tout comme John Irving lui-même. Sa mère est tout aussi unique que lui, étonnante, sûre d’elle et de son étrangeté. En grandissant dans pareil environnement, à Steering, école pour garçons où sa mère est infirmière, Garp ne peut que développer un caractère bien spécifique, et (légèrement) psychotique. Après son enfance et son adolescence, passée pour partie à Vienne, c’est la vie d’adulte de son héros que John Irving nous raconte. De mari puis de père, d’homme au foyer et d’écrivain, d’homme infidèle puis…

Voir l’article original 200 mots de plus

4 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s