Chimerica, Lucy Kirkwood

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

Qui n’a jamais vu cette photographie mythique, symbole d’une révolte, symbole d’une dictature? The tankman, celui qui osa s’interposer, faire face au régime chinois, sur le lieu même de sa puissance, Tiananmen, place centrale de Pékin. Celui auquel on pense moins, c’est l’homme qui était derrière l’appareil, en 1989. Ou plutôt les hommes. Ils ont été plusieurs à immortaliser la scène, dont le plus connu est Jeff Widener. Rien n’empêchait donc Lucy Kirkwood, dramaturge anglaise et scénariste de Chimérica d’imaginer un photographe, l’un de ceux qui étaient derrière une fenêtre, cachés pour saisir sur leur pellicule ce moment incroyable, cette scène mémorable. Elle construit un personnage, entremêlant réalité et fiction pour lui créer un visage. Lee Berger (Alessandro Nivola) travaille pour un éminent journal new-yorkais. Il a fait de sa passion son métier et on imagine aisément que ce cliché l’a grandement aidé…

Voir l’article original 435 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s