Le roman de monsieur de Molière | Mikhaïl Boulgakov

Les Petites Analyses

Moscou. 1933. Dans un appartement quelconque, un dramaturge empêché vient d’accoucher d’une pièce de théâtre. Les dizaines de feuilles, noircies de mots, jonchent le sol. C’est qu’il y a eu complication. Il a fallu trouver le juste milieu entre l’imaginaire débridé de l’auteur et l’âpre réalité de l’union soviétique. Mais il est trop tard pour revenir en arrière dès que la conscience s’en est mêlée. Les personnages sont nés sur des morceaux de papier et ne demandent plus qu’une chose: s’incarner dans la peau de comédiens.

L’auteur a conscience que cette pièce, comme les précédentes, sera frappée par la censure. Tout au plus lui laissera-t-on le droit de faire une ou deux représentations pour la forme. Histoire de créer une illusion culturelle au cœur de l’URSS stalinienne. Mais le dramaturge russe n’en a cure, il aura beau être muselé, cela ne l’empêchera pas d’écrire et de créer des œuvres en…

Voir l’article original 763 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s