« Jacques et la corvée de bois » de Marie-Aimée Lebreton (Buchet-Chastel, 2020)

Les miscellanées d'Usva

LEBRETON - Jacques ou la corvee de bois ok.indd

Je suis convaincue que beaucoup de choses sont encore à dire sur l’armée française en Algérie. Alors, quand la littérature s’empare de cette période, je suis souvent au rendez-vous. Impossible de résister à ce texte en voyant l’appui de Benjamin Stora, impossible de m’arrêter dès lors que j’en ai commencé la lecture.

Quatrième de couverture : « La corvée de bois était le nom donné aux exécutions sommaires. On emmenait en pleine campagne un groupe de prisonniers ou de simples suspects pour effectuer une corvée de bois, et là, on faisait mine de leur rendre leur liberté et on les abattait comme des lapins. Et comme on ne pouvait pas obliger les appelés à commettre des assassinats, Rolles choisissait parmi eux des volontaires. Il arrivait souvent que ceux-là se rétractent au dernier moment.

Jacques est un jeune appelé du 35e régiment, un de ces hommes envoyés en Algérie dans les…

Voir l’article original 403 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s