Moins qu’hier (plus que demain), Fabcaro

Pamolico, critiques romans et cinéma

Comme pour Zaï Zaï Zaï Zaï,Fabcaro nous fait rire – beaucoup. Dans Moins qu’hier (plus que demain), il parvient à saisir le comique des situations de tous les jours vécues par des couples lambdas. L’absurde, le grinçant ont une nouvelle fois une place primordiale dans ses planches monochromes, comme en témoigne le titre – ironique à souhait et plein d’esprit. Tout est prétexte à dérision et, à travers des frasques qui parleront à tout un chacun, Fabcaro démystifie l’amour et le mariage, révélant la vérité sur les « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants » des contes de fée.

La cohabitation est généralement compliquée, source d’incompréhension, d’exaspération et de déceptions (nombreuses et dans tous les sens du terme). L’auteur s’attaque donc à un nouveau mal de notre société – et quel mal –, l’amour. L’amour toujours, l’amour à la maison, au restaurant, au musée, avant…

Voir l’article original 126 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s