Le rouge n’est plus une couleur, Rosie Price

Pamolico, critiques romans et cinéma

Ce roman commence comme une bluette adolescente, ou comme un Bildungsroman ayant les dortoirs de la fac pour toile de fond. Une amitié, un lien fusionnel entre un garçon et une fille, voilà le point de départ de ce livre. Kate a été élevée par sa mère, ancienne alcoolique qu’elle a toujours considérée comme faible, ayant été forcée à la materner plus d’une fois. Max, lui, vient d’une famille riche: Zara est une célèbre réalisatrice de films, William est un médecin reconnu et ils possèdent plusieurs logements à Londres (l’une des villes où l’immobilier est le plus cher au monde…). Entre eux, le coup de foudre est immédiat – coup de foudre amical s’entend. Ils ne se sépareront plus, ou si peu.

Pourtant Anglaise, le début de cette histoire fait penser aux scenarii américains classiques, à la dernière trilogie de Douglas Kennedy, ou au Maître des illusions de Donna…

Voir l’article original 337 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s