Le lambeau, Philippe Lançon

Pamolico, critiques romans et cinéma

Ce livre est une montagne à gravir pour le lecteur – pas la Montagnemagique de Thomas Mann mais davantage une aventure à vivre, une errance douloureuse, comme une leçon de vie. Il se traverse comme une épopée, semblable à un voyage éprouvant mais nécessaire. C’est une reconstruction que nous raconte-là Philippe Lançon, la sienne, celle de sa mâchoire, de sa mémoire.

Depuis le soir du 6 janvier, veille de l’attentat qui bouleversa Charlie Hebdo mais aussi le monde, jusqu’à novembre 2015, à New-York (mais aussi en pensées à Paris, au Bataclan), nous marchons dans les pas de son corps lourd et bouleversé, presque plus traumatisé encore que son esprit. Nous le suivons d’une chambre à l’autre, dans les couloirs de la Salpêtrière puis dans les dédales des Invalides, avec un trou dans le menton puis avec un morceau de péroné en guise de mâchoire. Ses douleurs sont les…

Voir l’article original 315 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s