De mort lente de Michaël Mention

Collectif polar : chronique de nuit

Le livre : De mort lente de Michaël Mention. Paru le 11 mars 2020 aux Editions Stéphane Marsan,   20€. (400 pages) ;  22 x 15 cm

4e de couv : 

Philippe vide son verre de Martini en pensant à l’Europe, aux perturbateurs endocriniens, à son épouse qu’il imagine concentrée sur ses costumes.
Dans ce monde où l’on tue, où l’on viole, où l’on empoisonne des populations pour quelques dollars de plus, il y a encore des gens qui se préoccupent de la nuance des rubans.

Ils sont partout, mais c’est un secret bien gardé. Dans votre nourriture, vos meubles, les jouets de vos enfants. Vous êtes empoisonné, mais vous ne le savez pas encore.
Tant que leur degré de toxicité ne sera pas démontré, les perturbateurs endocriniens continueront de se répandre dans notre quotidien. Il n’y a encore pas si longtemps, Marie, Nabil et leur fils étaient heureux.
Philippe était un éminent…

Voir l’article original 573 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s