Les inconsolés, Minh Tran Huy

Pamolico

Entre souffrance et poésie, entre passion et conte de fée, les mots de Minh Tran Huy nous touchent en plein cœur, flèches de Cupidon qui ne manquent jamais leur cible.

Lise et Louis, Louis et Lise, deux prénoms aux sonorités qui se mêlent, se répondent et s’appellent, comme leurs corps et leur amour. Leur histoire se nimbe de poussière d’étoiles, de féerie, avant que la cristallisation amoureuse ne laisse place aux éclats, à la violence, aux remords et aux regrets, aux non-dits et à la colère. Lise nous raconte, revient sur ce qu’elle a été, sur son enfance qui se berce d’histoires, de merveilleux, sur son caractère tranquille et torturé à la fois, qui s’est bâti grâce et sur la tendresse suave apportée par les livres, puisqu’elle n’a jamais pu se lover dans les bras d’une mère aimante. Liane, sa sœur, a toujours été la favorite, la plus jolie…

Voir l’article original 374 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s