1917, Sam Mendes

Pamolico : critiques, cinéma et littérature

Monumental, flirtant entre film de guerre et épopée, Sam Mendes, qui voit 1917 comme le «film le plus enthousiasmant de sa carrière», nous emmène dans le Nord de la France, en avril de cette même année, aux côtés de Blake (Dean-Charles Chapman) et de Sco (George MacKay). Le général Erinmore leur confie une mission: ils devront traverser le no man’s land puis passer la ligne ennemie – déserte – avant de dépasser Écoust-Saint-Mein, de longer Croisilles pour finalement arriver au 2ème Devons et ainsi empêcher les hommes de courir à une mort certaine, soigneusement orchestrée par l’ennemi. L’attaque prévue à l’aube ne doit pas avoir lieu – la vie du frère de Blake en dépend. L’horloge tourne et le destin de 1600 hommes se joue dans ce contre-la-montre hasardeux qui pourrait se révéler fatal.

L’un est courtaud et un peu rond, l’autre est…

Voir l’article original 615 mots de plus

5 réflexions sur “1917, Sam Mendes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s