Tempêtes Andrée A. Michaud

La viduité

91kMFwtJVbL

La source de toutes nos peurs, l’origine de toutes nos solitudes, la panique indéfinie de l’extérieur, l’angoisse des perturbations naturelles. Dans deux monologues solipsistes, qui entremêlent leurs motifs et leurs silhouettes plutôt que de véritablement s’expliquer, Andrée A. Michaud écrit un roman sur la peur léguée par les lieux. Dans son atmosphère irrespirable, dans sa claustration flippante, Tempête décrit une psychologie de ce qui nous dépasse dans un récit haletant où, sans jamais imposer une explication logique, peu à peu se dévoile l’inconnu en nous-mêmes.

Voir l’article original 713 mots de plus

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s