La science de l'esquive, Nicolas Maleski

Pamolico : critiques, cinéma et littérature

Les phrases sont courtes, simples, le registre est tantôt soutenu, tantôt familier. Les personnages sont décalés, à la fois marginaux et semblables à notre part la plus sombre. Ils nous sont sympathiques tout en nous restant étrangers, ils gardent ce je-ne-sais-quoi de mystère, enveloppés de secrets, ils dissimulent leur passé, renaissent de leurs cendres, tels des phénix.

Kamel Wozniak est en fuite, il s’échoue dans un village perdu dans la campagne, un bourg où tout le monde se connaît sans se connaître, ce hameau devenant bientôt le théâtre d’un huis-clos oppressant mais aussi libérateur. Les pensées de Kamel jalonnent le récit, elles s’y intègrent sans mal, forment même le corps du texte. Une bouffée de sympathie envahit aussitôt le lecteur pour ce personnage différent, en dehors de la société, qui a commis l’irréparable sans que l’on sache ce que c’est, l’irréparable. Des indices sont disséminés çà et là sans que…

Voir l’article original 187 mots de plus

2 réflexions sur “La science de l'esquive, Nicolas Maleski

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s