Avant la longue flamme rouge, Guillaume Sire

Pamolico : critiques, cinéma et littérature

Quel roman.

Dès les premières pages, l’émotion qui nous envahit est particulière, les mots font mouche, l’alchimie fonctionne. Les phrases sont courtes, l’onirisme imprègne chaque paragraphe. Peter Pan, L’Odyssée, René Char, la mythologie grecque, hindoue, les légendes. Tout cela se mêle dans la tête de Saravouth pour finalement faire corps avec lui, avec sa vie, avec ses pensées. Enfant Cambodgien en 1970, lors des débuts de la guerre civile, le garçon vit avec sa famille à Phnom Penh, bientôt assiégée, telle Troie. Sa mère lui a appris la littérature française, la magie des mots, lui a transmis le goût pour les rêves. Son père lui a appris à jouer aux échecs. Sa sœur le rejoint dans son Royaume Intérieur, ce royaume constitué de bribes d’histoires, de fragments de songes, et elle permet à ses fondations de tenir, même sous les coups des assaillants. Et…

Voir l’article original 303 mots de plus

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s