Violon conjugué à tous les temps (Âme brisée, Akira Mizubayashi)

Pamolico, critiques romans et cinéma

ÂME, subst. Fém. Musique. Âme d’un instrument à cordes. Petite pièce de bois interposée, dans le corps de l’instrument, entre la table et le fond, les maintenant à la bonne distance et assurant la qualité, la propagation comme l’uniformité des vibrations.

Trésor de la langue française

Âme brisée ou le cœur d’un violon qui est déchiqueté, réduit en poussière par un soldat peu scrupuleux de la milice impériale japonaise. L’auteur écrit donc l’histoire de ce violon, de la famille qui se construit, déconstruit et reconstruit autour de cette âme, en harmonie avec elle. La musique imprègne ces pages, surtout Schubert et Bach, la musique des langues aussi puisque Akira Mizubayashi insère quelques mots en japonais, qu’il traduit à l’intention de ses lecteurs. Peut-être est-ce un sujet cher au cœur des hommes de lettres du pays du Soleil-Levant – on se rappelle du roman L’inconsoléde Kazuo Ishiguro, mettant…

Voir l’article original 308 mots de plus

2 réflexions sur “Violon conjugué à tous les temps (Âme brisée, Akira Mizubayashi)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s