Une romance pas trop romantique (Je ne suis pas une héroïne, Nicolas Fargues)

Pamolico : critiques, cinéma et littérature

Nicolas Fargues renoue avec ses héros anti-héroïques, mais parvient cette fois à nous émouvoir. Contrairement au Romain d’Au pays du ptit, Géralde, sa répartie, sa carapace, son sens artistique, ses rêves et ses espoirs sont attachants.

Ce récit est fait à la première personne, ce qui rend le lecteur complice des aventures de son héroïne qui n’en est pas tout à fait une, qui reste une femme comme il y en a des tas en France, une femme qui pourrait être n’importe qui, et qui est bien quelqu’un tout à la fois. Son caractère, son corps gracile, ses pensées et ses sentiments deviennent presque tangibles sous la plume drolatique de Nicolas Fargues. Elle a de l’esprit, des complexes qu’elle cache plutôt bien sous des réparties acerbes, des remords, tâche de ne pas avoir de regrets. Elle semble plutôt à l’aise avec elle-même, avec sa couleur de peau, c’est…

Voir l’article original 170 mots de plus

2 réflexions sur “Une romance pas trop romantique (Je ne suis pas une héroïne, Nicolas Fargues)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s