Critique Ad Astra de James Gray

BOULEVARD DU CINEMA

Réalisateur 

James Gray

Avec 

Brad Pitt, Tommy Lee Jones, Ruth Negga, Donald Sutherland…

Durée 

2h04

Sortie 

18 Septembre 2019

Le Pitch 

L’astronaute Roy McBride s’aventure jusqu’aux confins du système solaire à la recherche de son père disparu et pour résoudre un mystère qui menace la survie de notre planète.

Bande Annonce 

Mon Avis

De ce voyage, se dégage un regard extérieur éblouissant. À travers le 7e film de James Gray, le sol se dérobe comme la vie, la tête tourne. À la recherche de l’approbation, on finit par se laisser partir. Fini de patienter, pour se sentir vivre. Sous les anneaux de Saturne, on aspire à aimer à l’infinie. Encore une fois et peu importe le genre, James Gray éclabousse de classe un univers où il n’avait pour l’instant pas mi les pieds. Tout comme « Lost City of Z », « Ad Astra » est une longue aventure. Un cheminement nécessaire et douloureux…

Voir l’article original 100 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s