Une indolence lassante (Un été à Rockaway, Jill Eisenstadt)

Pamolico : critiques, cinéma et littérature

Jill Eisenstadt raconte l’ennui d’une jeunesse désœuvrée,
aux portes de New-York. L’été s’achève à Rockaway, et avec lui les
interminables journées à surveiller la plage, les soirées et les amourettes
qui durent depuis le lycée, s’émoussant, revenant, repartant au gré de
la vie des jeunes. Le groupe d’amis est scindé par le départ d’Alex pour la
fac. Ensuite, plus rien n’est pareil, La Rouille, Peg et Timmy se voient moins,
se croisent tout au plus, échangeant des vannes et des sourires, un bisou
parfois, leur destin se sépare peu à peu tandis qu’ils vieillissent – ou
si peu. Alex est le seul personnage qui semble évoluer, transformée par les
affres de sa colocation, par ses cours et ses nouvelles préoccupations. À
Rockaway, chacun reste plus ou moins lui-même, s’éloignant simplement de ceux
qu’il connaît depuis son enfance: Timmy se morfond de plus en plus, perd
le peu…

Voir l’article original 212 mots de plus

Publicités

2 réflexions sur “Une indolence lassante (Un été à Rockaway, Jill Eisenstadt)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s