[Service Presse 💖] A bout de nerfs, James Barnaby

Des plumes et des livres

A bout de nerfs

Broché – 408 pages
Publié le 17 octobre 2019
Editions de Borée
– Service Presse –

*
*   *
*

~ 4e de couverture ~

Angelica, une Américaine de 25 ans, travaille comme fille au pair à Londres. Un soir, en rentrant du pub où elle a l’habitude de retrouver son ami Jim, elle découvre avec horreur que le père de famille a mis fin à ses jours après avoir abattu sa femme et ses deux petites filles. Sous le choc, la jeune femme accepte alors l’étrange offre d’emploi que lui a dénichée Jim dans les petites annonces : un poste de nurse richement rémunéré dans un château en Ecosse. Ils se rendent tous les deux sur place, sont reçus par un couple excentrique qui embauche aussitôt la jeune femme et lui confie la garde de leurs deux enfants pour vingt-quatre heures. Jim reste avec son amie pour lui tenir…

Voir l’article original 721 mots de plus

Spécial Halloween : Des livres qui font peur aux Flingueuses

Collectif polar : chronique de nuit

Spécial Halloween :

Des livres qui font peur aux Flingueuses

Une fois de plus j’ai donné des devoirs aux Flingueuses.

J’ai demandé au Gang quel était le livre qui leur avait fait peur.

Là certaines ont calé, elle ne lise pas d’horreurs, d’épouvante… Aussi j’ai reprécisé : Alors c’est pas forcément un livre d’horreur non cela peut être un livre qui vous a alarmées. Un livre qui réveille vos inquiétudes. Pas forcément vos peurs primales Un livre qui a pu raviver vos angoisses. Un titre qui réussite un sentiment de frayeur. Un livre, une Bd aussi. De la fiction ou du doc…

C’est pas forcément de peurs primales donc il est question ici. Pour ma part ça serai plus peur dans l’avenir,  pour le futur de notre belle planète. Un livre qui te fait dire que notre avenir est noir. Voire même compromis.

Allez place aux réponses des flingueuses



Miss…

Voir l’article original 4 395 mots de plus

Roland est mort – Nicolas Robin

Book'n'all

Cette couverture me fait déjà rire quand je l’a vois

Résumé :

Roland est mort, il n’avait pas de famille et personne pour s’inquiéter de lui. C’est ainsi que son voisin hérite du chien, un caniche.

Ce voisin est quelqu’un de très seul qui ne connaissait pas vraiment ce Roland. Ce chien ça l’ennuie, tout ce qui peut bousculer son quotidien, ça l’ennuie.

Il n’est pas au bout de sa peine, bientôt ce voisin va hériter de l’urne funéraire de Roland. Des recommandations sont données pour l’endroit où jeter les cendres.

Entre un homme un peu aigri par la vie, un caniche et une masseuse coréenne, Roland va rapprocher les gens à travers des situations drôles et cocasse

Avis :

C’est un petit roman sympa, et vite lu. On découvre plein de personnages et en réalité, on est un petit peu dans chacun d’eux.

La mort en pleine solitude de…

Voir l’article original 36 mots de plus

Les Mystères de Larispem

Girl kissed by fire

Tome 1 : Les Frères de Sang

Lucie Pierrat-Pajot

Et si la Commune avait réussi ? Paris serait alors devenue une cité-état indépendante, Larispem, dans laquelle la noblesse aurait été abolie. C’est dans cette uchronie bercée de steampunk que nous découvrons Liberté, jeune mécanicienne de talent, Carmine, une apprentie louchébem (bouchère) de caractère, et Nathanaël l’orphelin bien mystérieux.

Ce roman a gagné le prix du premier roman Gallimard, mais je n’avais encore jamais eu le temps de le lire, surtout depuis que je suis dans un rayon adulte. J’ai donc profité de sa sortie en poche chez folio SF, pour le lire dès réception. Et je n’ai vraiment pas regretté ! Même si dans la lecture, on sent que le roman s’adresse à la base à un public plus jeune (avec des personnages assez jeunes) ce n’est pas un souci pour moi, et je me suis immédiatement laissée porter par…

Voir l’article original 197 mots de plus

« Thornhill » de Pam Smy (Ed. du Rouergue, 2019) #RLJ2019

Les miscellanées d'Usva

Je me mets un peu dans l’ambiance lourde et épaisse de ce 31 octobre, non que je sois une adepte de cette fête, mais parce que cette nouvelle lecture tombe à pic ! Venez, chers amis lecteurs, vous glisser dans un univers dans lequel le réel glisse peu à peu vers le fantastique, dans lequel l’innocence ne protège de rien, dans lequel la proie pourrait bien devenir le chasseur.


Quatrième de couverture : « Mary a habité là pendant des années. Entre ses murs, elle a vécu les pires moments de sa vie. Ella, elle, ne peut s’empêcher de l’observer depuis sa chambre. La nuit, elle se demande ce qu’il cache. Certains ne voient en lui qu’un vieil orphelinat. D’autres sont au courant de son secret … Mais tout le monde connaît son nom. Thornhill. »


Ella emménage avec son père, son seul parent, dans une nouvelle maison. Face…

Voir l’article original 398 mots de plus

Polar biculturel macabre (La mort scarabée, Lisa See)

Pamolico : critiques, cinéma et littérature

Une nouvelle fois, Lisa See renoue avec ses origines chinoises et livre un polar haletant qu’il est bien difficile de reposer. Elle vit aujourd’hui à Los-Angeles, là où son arrière-grand-père a échoué après avoir quitté son village de la campagne chinoise.

David Stark travaille au bureau de l’attorney général, en
Californie, tandis que Liu Hulan est inspectrice du MSP, de l’autre côté du
Pacifique, à Pékin. Des meurtres de chaque côté de l’océan vont amener les deux
pays à mettre de côté leurs différends politiques – vraiment ? –
pour travailler ensemble à l’élucidation de ces crimes, nécessitant leur
collaboration. L’amour va se glisser une petite place dans ce roman
noir
, entre le sang, les triades, le suspense et les tensions sociales et culturelles.

La mort scarabée fourmille de nombreux détails sur la Chine, son Histoire (et ses histoires d’ailleurs). La confrontation entre ce pays dangereux sur la…

Voir l’article original 189 mots de plus

Le soleil sur ma tête Geovani Martins

La viduité

G02757.jpg

Les accents des favelas, la retranscription de leur langue pour donner une image de la violence et l’espoir qui, malgré tout, y survit. Dans les treize nouvelles du Soleil sur ma tête, Geovani Martins parviens à nous faire pénétrer dans l’esbroufe et la peur, l’humour et cette sourde terreur sur laquelle se construit la tension ramassée de chacune de ces très belles nouvelles.

Voir l’article original 546 mots de plus